Partagez | 
 

 Neige tenue [ PV Marc Blackstone ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 5Sand : 29Date d'inscription : 12/12/2016Avatars : Akazukin to Mayoi no MoriAge : 29

Parfois, tu te disais qu'il te faudrait un peu d'aide.

Le bébé avait pleuré toute la nuit. Par la force des choses, tu avais trouvé un hôtel à Anandam et payé pour la nuit. Ton dernier combat avait taché ta veste de sang, pas celui du cauchemar, ils finissent poussières avant d'avoir pu verser une seule goutte de ce liquide rouge, c'était le sang de l'homme qui sous la peur s'était mutilé, alerté par la famille tu avais détruit le monstre et donné les premiers soins. Puis tu avais marché longtemps, sifflotant plus que réfléchissant.  Réfléchir était néfaste quand on est couvert de sang.  Et te revoilà à ta ville de naissance .Tu avais pris une chambre et changé la couche sale, donné le biberon et un pot de bouillie de carotte puis tu avais tenté de dormir.


« Aleu ! Aleu ! Aleu ! » avait été crié, répété toute la nuit par la petite fille de un an. Tu avais tout essayé, manger ? Non...Couche ? Propre...Histoire ou chanson ou mime pour jouer ? Ça ne fonctionnait pas. Dormir ? Elle ne voulait pas.

Pour la première fois depuis un an tu commençais à désespérer de tes talents de mère, tuer un loup de trois mètres ? Sans soucis ? Arrêter les pleurs de ta fille de un an ? Mission impossible depuis hier soir...

L'enfant hoquetait entre ses larmes. Tu t'aperçus soudain que tu ne t'étais pas changée. Tes habits sentaient fort le sang. L'odeur de la peur, l'odeur qui te faisait frisonner à chaque fois de terreur sans pour autant arrêter la bataille. Et elle, dans ton dos, devait sentir ton angoisse. Tu n'avais que ça en tenue pour toi, une cape de rechange rouge et un habit de nuit , il faudra bien pourtant que tu portes autre chose qu'un pyjama. Déjà calmer la petite, tu te lavas et enfilas le pyjama, et te débarrassas de tes habits.  Aussitôt, tu te sentis moins stressée, détendue. L'enfant se calma peu à  peu.

Tu soufflas rassurée en le berçant doucement comme pour présenter des excuses. Tu demandas ensuite à téléphoner, le bar de l’hôtel avait un téléphone, tu appelas un numéro donné par le patron et commandas une nouvelle tenue. Un livreur allait venir, tu espérais juste qu'il se dépêche. Tu devais rendre la chambre avant la nuit et tu n'allais pas aller chez tes clients en pyjama. Déjà qu'ils demandaient de tuer leurs peurs en ayant peur de toi alors si en plus tu débarquais dans un pyjama avec un nounours dessus.

Tu imaginas la scène et t'esclaffas. Le bébé te regardait et rit à son tour plus par imitation qu'autre chose. Tu caressas le front enfantin :
«  Ça pourrait être amusant tu ne trouves pas Smila ? » Smila te fit sa plus belle bouille tout sourire.

Il restait à attendre, tu tentas de travailler pour tes prochaines chasses tes mélodies mais la fatigue l'emporta vite. Tu t'endormis sur le fauteuil, ta fille sur tes genoux s'endormit suçant son pouce sourire retrouvée. Les heures passèrent. Une voix te réveilla. C'était le gérant de l’hôtel. Un type qui avait une voix caverneuse :
« Mademoiselle Cute ! Un jeune homme est devant l’hôtel !   Vous le connaissez ? »

Tu te réveillas complètement en sursaut à ces  paroles, serait-ce ? Tu pris l'enfant correctement dans tes bras et peu importe le pyjama nounours tu courus en trombe pour descendre les escaliers de l’hôtel. Une fois dehors, tu crias :
«  Francis ? » Non ce n'était pas ton petit copain ressuscité par on ne sait quelle magie. Juste un gamin de 17 ans voire moins qui restait là debout. Il portait ta tenue à la main. L'enfant bougea dans tes bras mais ne se réveilla pas. Tu souris au gamin.

« Désolée, je vous ai pris pour une autre personne. Mais vous me semblez bien jeune pour être là. Il neige bien fort ! Auriez-vous perdu votre chemin ? Il va bientôt être l'heure du déjeuner, votre famille va s'inquiéter. Enfin vous êtes grand...elle est sûrement au courant...Cela vous dirait un thé ? »

Tu ne t'attendais pas à un oui, les gens avaient peur de toi mais voir ce gamin sous cette neige drue devant l’hôtel te rappelait bien trop toi il y a longtemps. A six ans, peu après leur mort, alors que la police examinait les lieux, il neigeait aussi ce jour là, mais la neige était rouge.

Enfin oui tu avais 20 ans mais avec ton pyjama nounours et ton sourire, tu n'avais pas vraiment figure d'autorité. Le bébé agrippa la veste du gamin si fort que tirer lui aurait fait mal. Tu ris :

« Je crois qu'elle vous a adopté c'est rare ! Le livreur est passé ? Merci de m'avoir réceptionnée ma tenue !
Rentrons un peu! Elle finira par vous lâcher, de toute façon le temps se dégrade bien trop pour marcher. Allez juste une minute, je me sentirai coupable si vous attrapiez froid et puis vous avez si gentiment pris ma commande ! »

Tu n'imaginais pas un seul instant qu'un gamin de 17 ans puisse être ton livreur.
Sujet: Neige tenue [ PV Marc Blackstone ] Ven 23 Déc - 23:40

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 5Sand : 22Date d'inscription : 14/12/2016

C’était l’une de mes premières courses. Le vieillard  m’avait tendu le paquet, griffonné l’adresse et le nom du destinataire d’une écriture lunaire pour ne pas dire incompréhensible. Au pied de mon vélo je tentais de décrypter tant bien que mal ses hiéroglyphes non sans sans cesse remonter mes lunettes pour y voir quelque chose.

Voici comment bien gâcher 15 minutes de sa vie.

Une fois fait, j’enfourchais, ma « bécane » radieuse non sans un soupir et partit hasardeusement dans les rues d’Anandam. Le crissement de la rouille accompagnait ma mission, ce qui ne m’aidait pas à calmer mon animosité. Mais bon au moins le vent était agréable malgré la neige.

Assez pour oublier que j’allais sans doute me perdre pendant encore une demi-heure.

Cela ne faisait quelque jours que je m’étais installée dans la cité, je connaissais encore très mal les lieux et cette foutu carte était aussi lisible que la graphie du vieux. Heureusement que la destination était assez imposante pour la repérer de loin.
Je me garais devant l’hôtel avec un fracas monstre –mon vélo aurait-il perdu un truc ?- et je me hâtais à l’accueil. Je m’annonçais avec lassitude après ce périple qui m’avait sué comme un porc. Aussi comment j’aurais pu deviner que je me ferais poursuivre par un chien joueur la moitié du trajet avec le verglas? Je retournai à l’extérieur pour ne pas déranger les clients, adossé à la vaillante bicyclette au reflet rouille, frigorifié.  Dans l’attente, je tentais de me calmer, avec difficulté je l’admets. C’était ma deuxième chance, le dernier moment où je pouvais apprendre à vivre sans conséquence. Je ne pouvais pas encore faillir.

Même si j’avais vraiment peu d’espoir en ma personne.

Un cri me sortit de mes pensées. Une jeune femme -dans un... Pyjama nounours ?- semblait chercher un certain Francis, pourtant elle semblait me fixer, comme si elle attendait quelque chose de moi. Quel étrange personnage. Et puis, elle s’excusa de la confusion, même si c’était pour enchainer avec une autre. Je portais son paquet bien évidement que c’était moi le livreur pas un enfant égaré !

Je tirais la gueule pendant un instant, du moins jusqu’à que le bébé s’agrippe à moi. J’eus un moment de recul, n’étant VRAIMENT pas à l’aise avec les enfants. Il était encore plus compliquer à comprendre que les autres, surtout à l’âge où il ne savait pas parler. Je bafouillais des excuses alors qu’elle reprit la parole donc j’avais probablement perdu quelques informations. J’avais juste compris que mon sentiment était le bon et qu’elle ne savait pas qui j’étais et qu’elle proposait un thé. Je soupirais, déviant le regard, je rectifiai avec détachement :

« C’est moi le livreur, et un thé ne serait pas de refus. »

Je m’avançais sans attendre dans le hall pour ne pas devenir un glaçon, jusqu’à réaliser que je n’avais AUCUNE idée de sa chambre. Sans doute était-il écrit sur le bout de papier, mais j’avais abandonné ma lecture en sachant que c’était un hôtel. Grossière erreur de débutant. Mais je chassais la culpabilité derechef avec de demander avec hésitation.

«  Vous …Logez où ? Y’a des chambres avec bébé ici ? »


C’était maladroit, mais pour quelqu’un qui n’avait plus eu de relations sociales normales depuis des années, ce n’était pas si mal.

Il fallait bien que je me rassure comme je peux.
Sujet: Re: Neige tenue [ PV Marc Blackstone ] Dim 8 Jan - 20:16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 5Sand : 29Date d'inscription : 12/12/2016Avatars : Akazukin to Mayoi no MoriAge : 29


Tu scrutas le jeune homme à sa réponse, lui un livreur ? Vraiment ? C'était une blague ?


*Et toi alors ? Tueuse à 6 ans ? Ça te paraît plus étonnant ?*


Tu chassas cette pensée et pris le bébé des bras du garçon. Le bébé protesta vivement en se débattant et en pleurnichant. Mais tu avais l'habitude des caprices de ta fille. La neige tombait encore plus fort. Tu suivis le jeune garçon dans le hall.


«  Vous …Logez où ? Y’a des chambres avec bébé ici ? »


Tu le trouvais mignon de poser cette question. Il te semblait si enfant dans cette question que tu ne pus pas retenir un sourire clément. Tu secouas la tête avec douceur : «  Ma fille et moi sommes juste ici de passage pour la nuit. Nous sommes à la chambre 12 au premier.»

Tu montas et rejoignis la chambre. Le bébé s'était calmé.


L'enfant était à quatre pattes au sol à présent et s’amusait à explorer la chambre en babillant. Tu servis l'eau chaude et proposas différents sachets de thés que tu posas près de la tasse. Tu pris celui à la menthe.

«  Et vous vous habitez Anandam ? »
demandas -u avant de boire une gorgée de thé. Bien vite la question te parut indiscrète. «  Je suis née ici. C'est une belle ville, un peu campagnarde mais aussi de quoi satisfaire la  curiosité, la bibliothèque est magnifique ! » dis-tu comme pour te justifier de ton indiscrétion.

Tu sirotas encore le thé, tu ignorais tout de ce jeune garçon en revanche ta fille s'approcha de lui et s'assit.

« Elle a l'air de vous apprécier ! » souris-tu.

Elle se mit à scruter quelque chose autour du jeune homme. Elle resta là un instant à fixer ce que ton don, trop mature, ne pouvait pas percevoir instinctivement. Et dont, là, tu ne pouvais que soupçonner l'existence. Pour te rassurer, tu te dis que c'était peut-être juste la fatigue qui la faisait rester là le regard dans le vide.


« Je vais coucher la petite dans son couffin de voyage. Elle a l'air épuisée . » souris-tu paisiblement. Tu te levas avec douceur en jetant un coup d’œil par la fenêtre, le temps tournait à la tempête. « Vous voulez rester manger avec nous ? J'ai commandé des pizzas ! Vous aimez ça ? Il fait trop mauvais dehors pour partir de suite. »

L'enfant sursauta quand tu le pris dans tes bras et..contre toute attente elle se mit à pleurer en disant : « Papa ! Papa ! Mama ! Papa ! Papa ! »

Tu doutas de plus en plus, elle avait ''senti'' le cauchemar qui avait détruit mentalement son père et ce fut la première et dernière fois qu'elle avait dit « papa », alors pourquoi le redisait-elle face au jeune homme ? Plus tard, les questions.


Tu la berças, elle était épuisée alors elle s 'endormit assez vite. Mais de ses yeux enfantins fermés de sommeil des larmes perlaient encore. Tu la recouvris d'un petit plaid bleu. La porte sonna, les pizzas, tu réglas l’hôtelier et les ramenas à l'intérieur dans un sourire : «   Si vous n'aimez pas je commanderai autre chose. » Tu t'assis et soufflas : «  Dures journées ! Cela fait du bien de manger un peu ! » Tu te mis à couper la pizza avant d'oser demander : «  Au fait jeune homme, je m'appelle Scarlett Cute et vous ? Je voulais vous demander, ma fille...Vous avez du remarquer son attitude. Vous allez bien en ce moment ? »

Tu mordis dans une part de pizza comme si cette question avait tout de banal.
Sujet: Re: Neige tenue [ PV Marc Blackstone ] Mar 10 Jan - 22:25

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 5Sand : 22Date d'inscription : 14/12/2016

Je l’avais suivi un peu embarrassé par la situation. Cela faisait vraiment longtemps que  je n’avais pas eu d’interactions humaines de ce type, et je n’arrivai pas à savoir si cette femme était gentille ou simplement polie. Mais bon c’était mieux que d’affronter la neige tout de suite de toute manière.

J’avais acquiescé à sa question, même si je n’avais pas encore totalement visité et je n’y avais connu que la neige. Même bon, j’appréciais relativement ressentir le froid, cela me donnait un peu l’impression de vivre de nouveau.

Par contre ce gosse commençait vraiment à jouer avec ma patience. Cette… Chose était encore plus insondable que sa mère. J’en avais même oublié de répondre à la jeune fille sur mes goûts culinaires.

Et ce truc m’acheva en m’appelant Papa.

J’ai senti un frisson dans l’échine. Ce machin hallunait ? Déjà que j’arrivais à peine à survivre je me voyais mal dans cette position. Oui je n’étais vraiment pas la bonne personne pour ce genre de chose…

Heureusement la mère me sortit de ces lugubres songes. Je sursautais secouant frénétiquement la tête. Je crois que j’aimais ça les pizzas, mais cela faisait tellement longtemps que je n’en avais pas mangé que j’en doutais. D’ailleurs, je ne sais plus la dernière chose que j’avais mangée dans l’autre monde, et encore moins la date. J’avais cessé de me nourrir avant le grand saut. Elle me demanda mon nom et je répondis mécaniquement :

« Marc. »


Je choisis un Earl Grey et pris une part de pizza alors que je repensé à ses mots. Quelle aptitude ? Et avais-je vraiment envie de parler de mes problèmes à une parfaite inconnu ? Surement pas. Je pris une gorgée et continua simplement.

«  Pas  particulièrement bien ou mal. Mais de quelle aptitude parlez-vous ? Enfin j’imagine un de ces trucs de ce monde mais… Enfin cela ne me regarde pas. »

Ce n’était pas vraiment un mensonge, pas vraiment la vérité non plus. Je croquai dans la pizza et je fus surpris de me rendre compte à quel point c’était bon. Pourtant j’étais certain que ce n’était pas de la grande qualité, mais suffisamment pour ravir mon palais. J’étais facile en plus.

« Je ne pensais pas que j’aurais à manger à l’œil… Cet endroit réserve bien des surprises. »
Sujet: Re: Neige tenue [ PV Marc Blackstone ] Dim 26 Fév - 11:27
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 5Sand : 29Date d'inscription : 12/12/2016Avatars : Akazukin to Mayoi no MoriAge : 29


« Je ne pensais pas que j’aurais à manger à l’œil… Cet endroit réserve bien des surprises. » dit le garçon. Tu souris heureuse en voyant qu'il appréciait. Tu pris une part de pizza et la dégustas, c'était chaud, la température de la sauce, le fromage fondu, les morceaux de viandes, le garçon avait raison, c'était très agréable ! Il neigeait de plus en plus fort et les habits du garçon semblaient trempés de sueurs. Une fois le repas terminé tu te levas, ton petit ami était petit de taille et assez mince, ça devrait aller au jeune homme. Tu avais gardé de lui une veste noire, un pantalon bleu foncé résistant mais restant élégant et une chemise blanche. Tu pris aussi une serviette. Tu mis le tout dans une bassine et sortis de la salle de bain.

Ta fille se mit à pleurer à ce moment là.


«  Je dois m'occuper de ma fille, elle est en effet...plus que perspicace...c'est de famille je crois, mais ne vous en faites pas je respecte la vie privée ! »


A ces mots une bourrasque plus violente fit trembler la fenêtre de l’hôtel mais elle ne se cassa pas. Tu grimaças espérant qu'aucune peur ne t'oblige à sortir. Quoi qu'il en soit...


«  Vous m'avez l'air frigorifié, tenez des habits propres qui devraient vous aller, la baignoire est dans la salle de bain avec le shampoing, de tout façon vu le temps... »


Tu mis le tout dans les bras du garçon et rejoignis ta fille dans la minuscule chambre attenante au petit salon-hall lui même attenant à une petite salle de bain.Elle était terrifiée. Tu la serras dans tes bras et la berças. Elle finit par se rendormir au bout de 15 minutes, réconfortée par la présence maternelle, tu l'embrassas avec tendresse sur le front :
«  Ne t'en fais pas les cauchemars je m'en occupe pour deux Smila. »

La porte s'ouvrit soudain brusquement : « Mademoiselle Cute ! Un client... il a il a ! »

Dans un soupir, tu tentas de calmer l'homme mais celui ci fut bousculé par la source du problème : Un grand homme musclé couvert de sang de ses propres ongles divaguait sous la peur. Smila se mit à hurler, une porte s'ouvrit, le jeune homme ? Avait-il osé ce bain seulement ?


« D'accord... appelez l'hôpital je m'occupe du reste.» soupiras-tu. L'hôtelier ne se fit pas prier pour avoir cette chance de s’échapper.

Tu mis ta main sur le front fiévreux plus que concentrée.


«  Que...que...faîtes vous ? » réussit à dire le client malgré la panique.

«  Cela ne va pas vous faire mal... » murmuras-tu.

Tu répétas trois fois
«  Viens à moi » Un loup obscur s’évapora de la gorge de l'homme et se matérialisa, il hurlait des « pitié ne me rabaissez pas, pitié moi aussi je veux vivre, exister ! » si fort et était si grand que le lustre lâcha faisant hurler une bonne partie de l'hôtel. Sous la terreur de cette apparition l'homme te blessa férocement en t'agrippant de ses ongles qu'il ne semblait jamais couper le poignet.

* Tout va bien !* te persuadas-tu.

«  Je suis là,
Ne pleure pas,
Près de toi,
Je vois, le soleil dans ton cœur,
Tu ne le sais pas car il est caché au fond de toi,
Mais il se bat il ne meurt pas,
Ce n'est pas une question de volonté,
C'est juste un peu de douleur à gommer,
Pour dessiner le reste du chemin,
La gomme ne va pas effacer,
Elle va juste atténuer,
Tu accepteras alors d'avoir mal d'avoir peur,
Tu  seras là tu le méritais, le mérites, le mériteras,
Mais en attendant de pouvoir marcher seul,
En attendant de sourire à nouveau,
Je chante tel l'oiseau,
Une mélodie à ta lumière,
Je suis là,
Ne pleure pas,
Près de toi,
Juste près de toi, »


Le monstre se tordait, se paralysait au fur et à mesure de la petite chanson, puis s'étala au sol dans un fracas avant de finir en poussières, qui finirent par se dissoudre dans l'air, très peu après. L'homme te lâcha hagard, dans un soupir tu dispersas la foule d'un regard noir et donnas les premiers soins. L'hôtelier se chargea du reste. Puis tu refermas la porte, le garçon était là.


« Ah vous avez tout vu...Je suppose que cela vous a répugné....C'est juste mon travail...Je soigne les gens. Et vous vous leurs apportez des livraisons qui font chaud au cœur ! Deux beaux métiers ! »


Tu t'assis, ta tête te tournait, la petite avait du se rendormir, plus aucun cri. Tu commenças à désinfecter la vilaine plaie dans un :
«  Avant de vous enfuir pouvez vous le passer l’alcool à 90 ? Pour désinfecter...Sinon il y a une sacré somme qui vous attend à l’accueil, cela devrait suffire pour le taxi et calmer votre patron. »

Tu serras les dents, tu le savais, condamnée à errer avec ta fille, seules, toi qui aurais tant aimé des ami(e)s.

[ HRP : A toi ^^ ]
Sujet: Re: Neige tenue [ PV Marc Blackstone ] Dim 12 Mar - 22:56

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

Sujet: Re: Neige tenue [ PV Marc Blackstone ]
Revenir en haut Aller en bas
 
Neige tenue [ PV Marc Blackstone ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neige sur la jungle [PV: Longshark de Winshter III & Rodany Bleinzen]
» Blog de Marc Bazin: Combien d'argent pour «sauver» Haïti ?
» VOICI UNE TRES BONNE OPPORTUNITE POUR MARC , MALICE ET JOEL COMME INVESTISSEURS
» DE GABRIEL BIEN AIME A MARC BAZIN LES PRIMAIRES SANG UN CONSEIL ELECTORAL !e
» neige et eau

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume des Songes :: Kavalani :: Anandam-
Sauter vers: