Partagez | 
 

 Take only what what you need from it ; feat Rain Arkwright

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Messages : 12Sand : 36Date d'inscription : 08/10/2016Avatars : Howl de Holw's Moving Castle

Lucien posa son regard sur le jeune homme qui siégeait là au milieu de la pièce qui lui servait de bureau, chambre, salon... Enfin l'unique pièce qui était son toit depuis des années. Il était étonné, un peu effrayé par tous ces évènements. Il s'étonnait lui même, et se félicitait en un sens, que quelqu'un d'autre que lui entre ici. Tout était allé beaucoup trop vite.

Il ne se souvenait pas bien de tout Lucien. Il cherchait dans sa mémoire. Tentait de retrouver les sensations qui lui rappelleraient cet après-midi il y a... impossible de fixer une date précise. Mais il était clair qu'il faisait beau, le soleil irradiait, diffusant sa chaleur. Une douce caresse sur tous les visages, bienveillante. Le ciel était bleu, pur, et régnait une certaine sérénité. Lucien avait l'impression d'être en phase avec le monde, pour une fois, et tout cela était des plus agréables.
Il se sentit, l'espace d'un instant, absolument en paix avec lui même, heureux et reconnaissant de pouvoir vivre ce petit instant. Ces petites choses qui semblent futiles à la majorité, mais qui sont si belles si on prend le temps de les observer de plus près, de les décortiquer. Ces moments banals qui sont pourtant de véritables trésors, des richesses pour l'âme.

Et c'est là que tout c'était produit. Il n'avait pas senti la main de faufiler dans sa veste et en extirper le petit carnet aux pages cornées dans lequel il couchait toutes ses pensées. Pas vu le sourire sur les lèvres du brun qui s'éloignait, son exutoire à la main. Faute de sensations physiques, oubli des sens pour quelques secondes.
Il n'avait compris que plus tard. Longtemps après. Il pensa tout d'abord avoir simplement fait tomber son calepin sur le chemin. Les choses glissent des poches parfois n'est-ce pas ? C'est courant. D'autant plus pour un rêveur comme lui. Un type qui a, selon les dires des autres, la tête dans les nuages.

Mais ce n'était pas le cas. Rien n'avait été perdu. Lucien ne perd jamais rien. Ce n'est que quand ce jeune garçon étrange avait commencé à le contacter qu'il avait compris. Qu'il avait fini par comprendre. Volé tout simplement. Ses pensées les plus intimes et les plus profondes, ses ressentis les plus sincères, ses pensées les plus tranchantes... Tout cela dérobé. Lucien n'avait jamais réellement réfléchi à cela. Que toute sa vie intérieure, tout ce dont il est fait qu'il couche sur du papier puisse lui être un jour subtilisé. Lui être un jour arraché de manière si violente que tout ces mots n'étaient plus vraiment les siens. Que tout ce qui avait été décrit, son âme, son essence, pouvait, par se biais, appartenir à quelqu'un d'autre. Ce concept le bouleversa. Équilibre rompu.

Il pensa Lucien, encore et encore, de longues nuits angoissé à l'idée d'être dépossédé du peu qu'il avait. Des sueurs froides, les pages collées contre son torse à l'idée que tout cela s'envole. Mais il n'y avait aucune raison. La poésie de sa vie, il n'en avait pas conscience, toutes ces pages lui permettaient simplement d'exister et d'être. Étrangement ce garçon ne voulait pas grand chose. Il avait l'air indifférent au contenu. Il souhaitait simplement apprendre à lire et à écrire.
Sujet: Take only what what you need from it ; feat Rain Arkwright Mer 12 Oct - 21:58
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 29Sand : 67Date d'inscription : 23/09/2016Sexualité : Passion avant toutOccupations : PickpocketAvatars : Eren Jeager - SnKAge : 20

Words: 595

Apprends-moi

Inutile, avait-il d'abord songé, le carnet à la main. Il ne s'agissait visiblement pas d'un livre de compte, ou d'une toute autre chose importante avec une certaine valeur. Les mots dansant sur le papier ne lui disaient que vaguement quelque chose, c'était un récit incompréhensible aux yeux de Rain, un code indescriptible et indéchiffrable. Ce n'était pas la première fois qu'après avoir baladé ses mains dans les poches d'un autre, qu'il se retrouve en possession d'un objet qui ne lui rapporterait rien.

Seulement, à l'instant où, le carnet entre les doigts, au-dessus d'une poubelle, il s'apprêtait à l'y abandonner, une étrange idée germa dans son esprit. Quelque chose d'incroyable. Il resta un moment dans cette position, à peser le pour et le contre, à fixer l'objet comme s'il détenait un secret fabuleux. Et il choisit de ne pas s'en débarrasser, mais de l'utiliser à une fin purement personnelle.
Dans son appartement moisi composé d'une unique pièce, à la lueur d'une simple lanterne, Rain parcourait des yeux et des doigts les tracés, ces choses crayonnées qui formaient des lettres puis des mots, quelque chose qu'il comprenait sans comprendre. C'était une peinture abstraite à laquelle il pouvait mettre un nom, sans en saisir le sens. Un charabia bouleversant. Suite à cela, des nuits à essayer de décrypter ce carnet qui ne lui appartenait pas, le britannique se mit à la recherche de son propriétaire et, ayant vite mis la main sur ce dernier, lui soumit sa requête de but en blanc.

Rain ne tourne jamais autour du pot. S'il désire quelque chose et qu'il ne peut l'obtenir de lui-même, alors la demande se fait sans délai, fierté mise de côté ; le besoin passe avant tout.

Alors, en voyant que son harcèlement quotidien portait ses fruits, le brun sut qu'il avait fait le bon choix. Pourtant, ces lettres maladroites que le crayon coincé entre ses doigts marquait sur la feuille, lui rappelaient à quel point il avait du chemin à faire et que cela n'était que le début d'un long entrainement. Il ne pouvait décemment pas appeler ceci une collaboration puisqu'il n'apportait rien en retour au corbeau, si ce n'était le plaisir de sa compagnie.

Heureusement qu'il s'habituait vite, le jeune voleur, car obtenir l'attention de Lucien et la garder, ce n'était pas aisé. Une patience certes inexistante mais l'habitude était là et cela lui suffisait pour ne pas bouillir de l'intérieur lorsque ses appels ne recevaient aucune réponse. Parfois, comme ce jour-ci, son côté joueur ressortait et alors Lucien devait le supporter.

« — Luluuuu ! Ici la terre ! Arrête de rêvasser et viens m'aider. » Rouspéta-t-il, malgré le sourire largement visible sur son minois d'adolescent.

Ce n'était que le début.
Mais le début quoi, finalement ?
Le début d'un long apprentissage.
Le début d'une amitié.
Juste... Le début.

Au souvenir des premiers refus, Rain souffla d'amusement. Sa ténacité était telle qu'on ne lui résistait pas indéfiniment et on lui prouvait encore qu'en se donnant les moyens, on pouvait toujours parvenir à ses fins.

NOTES:Il était temps... Excuse-moi du retard et n'hésite pas, si quelque chose ne te convient pas ~ !

Sujet: Re: Take only what what you need from it ; feat Rain Arkwright Jeu 3 Nov - 4:39
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Take only what what you need from it ; feat Rain Arkwright
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ... It's just another rainy sunday afternoon. [PV Akathès]
» Militaires 3/3
» What about playing chess?
» Gratte quelques cordes {- Feat Ulysse}
» Chroniques d'Haru Rav'Rain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Royaume des Songes :: “ Le Royaume :: Hypnos :: quartier de l'ouest-
Sauter vers: